Le mariage avec un fornicateur ou une fornicatrice est caduc


Question : Que signifie ce noble verset qui dit :

Le fornicateur n'épousera qu'une fornicatrice ou une associatrice. Et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur; et cela a été interdit aux croyants. ﴿ s24/v3

ٱلزَّانِى لَا يَنكِحُ إِلَّا زَانِيَةً أَوْ مُشْرِكَةًۭ وَٱلزَّانِيَةُ لَا يَنكِحُهَآ إِلَّا زَانٍ أَوْ مُشْرِكٌۭ ۚ وَحُرِّمَ ذَٰلِكَ عَلَى ٱلْمُؤْمِنِينَ

Est-ce qu'en commettant ce crime, la foi de la personne disparaît et laisse place au polythéisme ?

Réponse :   Si on lit ce noble verset qu'Allah a clôtré par Sa parole : "Cela a été interdit aux croyants", on en déduit le jugement suivant : l'interdiction de se marier avec une fornicatrice et l'interdiction d'accorder la main de sa fille à un fornicateur. A partir de là, sachant que cela a été interdit, toute personne se rendant coupable de ce crime se retrouve dans une des deux situations suivantes :

- Il croit en l'interdiction, mais se marie quand même par passion ou pour assouvir un désir charnel et dans ce cas-là il est considéré comme étant fornicateur pour avoir conclu un contrat de mariage dont il est conscient de l'interdiction. Et il va de soi qu'un contrat illicite ne peut légitimer les rapports sexuels qui s'ensuivent ni le droit d'en tirer une jouissance. Donc, en se permettant de se marier à une femme fornicatrice en étant conscient du caractère illicite de son agissement, il devient de la sorte un fornicateur. Voilà le premier cas de figure.

- Dans le second cas, la personne peut faire fi de cette interdiction tout en trouvant à dire par exemple : "Cette chose n'est pas illicite au contraire" et à ce moment-là il se rend coupable de polythéisme pour avoir rendu licite ce qu'Allah a déclaré illicite. De la sorte, il se place en législateur au même titre qu'Allah (ﷻ) et, par voie de conséquence, il se rend coupable de polythéisme. D'où le verset suivant :

Ou bien auraient-ils des associés [à Allah] qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu'Allah n'a jamais permises ? ﴿ s42/v21

أَمْ لَهُمْ شُرَكَٰٓؤُا۟ شَرَعُوا۟ لَهُم مِّنَ ٱلدِّينِ مَا لَمْ يَأْذَنۢ بِهِ ٱللَّهُ

Allah accuse de polyythéisme ceux qui légifèrent des lois religieuses qu'Il n'a jamais permises. Celui qui se permet de décréter la licétité du mariage avec une fornicatrice sans ajouter foi à la loi religieuse est coupable de polyhéisme. En bref, celui qui épouse une fornicatrice peut être soit quelqu'un qui croit que cela est interdit, mais se rend malgré tout fautif de par son acte et à ce moment là il est quand même considéré comme un fornicateur, soit quelqu'un qui ne croit pas à cette loi divine et commet de ce fait l'interdit, et à ce moment-là il est considéré comme polythéiste. Et ce, pour avoir nié un décret divin au point de rendre licite ce qui est interdit par Allah (ﷻ). D'où le verset suivant : "Ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur". Cet homme est donc considéré comme fornicateur dans le cas où il a pour foi que la fornication est interdite du point de vue religieux, mais commet ce péché. Et il est considéré comme polythéiste dans le cas où il ne croit pas à la légitimité de cette interdiction religieuse et s'adonne à cet acte. Le statut du tuteur qui marie sa fille à un fornicateur est identique aux cas que nous venons de citer.

Par contre, le statut de ceux décrits comme fornicateurs n'a plus lieu d'être dès lors qu'ils se repentent.  Lorsque le fornicateur se repent et que la fornicatrice en fait de même, ils n'ont plus à être considérés comme tels. Ainsi en est-il du pervers lorsqu'il délaisse sa perversité. Pour conclure, nous pouvons dire que lorsque le fornicateur ou la fornicatrice se repent il est alors licite pour eux de se marier.

 

➧ Mariage Islamique en questions-réponses, par les plus grands savants p.61

Cheikh Muhammad al 'Uthaymine (رحمه الله)