Le rapport sexuel durant la journée de jeûne


S'il y a eu un rapport complet entre les deux époux qui oblige les grandes ablutions, complet par la rencontre des deux sexes : du bout du pénis avec le vagin de la femme.
Ceci oblige le rattrapage et l'expiation, cela annule le jeûne et oblige (tout de même) à s'abstenir le reste de la journée avec le rattrapage de ce jour, et il a commis un immense péché et il lui est obligatoire de se repentir à Allah, et il lui est obligatoire de faire l'expiation.

Et l'expiation consiste à libérer un exclave, s'il n'en trouve pas, il faut jeûner deux mois consécutif, s'il ne peut pas, il faut nourri soixante pauvres.
Tout ceci, s'il y a eu un rapport durant la journée de Ramadan, même s'il n'y a éjaculation ! Si cela se produit même sans éjaculation, il lui est obligatoire de faire ce que nous venons de citer comme expiation, ainsi que le rattrapage, il rattrape un jour à la place de ce jour.

Puis il devra jeûner deux mois consécutif, s'il ne peut pas il devra nourrir soixante pauvres, et il n'obtiendra pas la récompense du jour durant lequel il a outrepassé les limites ; et il doit s'abstenir de la nourriture, de la boisson et des passions le reste du jour durant lequel il y a eu cette chose qui lui a fait rompre son jeûne.

 

Cheikh Raslan
Traduction : sahihofislam [YouTube]


Si un homme contraint son épouse à un rapport sexuel alors qu’elle jeûne, le jeûne de cette femme reste valide, car elle n’a pas voulu cela.

Il y a un point qu’il faut noter : si l’homme rompt son jeûne par l’acte sexuel un jour de Ramadan, alors qu’il doit jeûner, cela entraîne cinq choses :

– Le péché
– L’obligation de jeûner le restant du jour
– L’invalidité de son jeûne
– La compensation (Qadhâ)
– L’expiation (Kaffârah)
 
Il n’y a aucune différence entre le fait qu’il connaisse ce qui lui incombe suite à cet acte ou qu’il l’ignore. C’est-à-dire que si l’homme a un rapport sexuel pendant une journée de Ramadan, alors que le jeûne lui est obligatoire, mais qu’il ignore que l’expiation lui est obligatoire, alors les points précédents s’appliquent quand même, car il a voulu faire cet acte qui annule le jeûne.
Et le fait qu’il ait voulu le faire lui impose les règles qui en découlent.
 
Abû Hurayrah rapporte qu’un homme est venu voir le Prophète ﷺ et a dit : « Ô Messager d’Allah ! Je suis perdu ! » Il dit : « Et qu’est-ce qui t’a perdu ? » Il dit : « J’ai eu un rapport sexuel avec mon épouse pendant Ramadan alors que je jeûnais ». Le Prophète ﷺ lui ordonna alors une expiation, alors que cet homme ne savait pas qu’il devait une expiation.
 
Et nous disons « alors que le jeûne lui est obligatoire » afin d’exclure le voyageur qui jeûne pendant Ramadan et qui a un rapport avec son épouse, dans ce cas l’expiation ne lui est pas obligatoire. Par exemple, un homme voyage avec son épouse pendant Ramadan, et tous deux jeûnent, puis ils ont un rapport sexuel, dans ce cas l’expiation ne lui est pas obligatoire, car le jeûne n’est pas obligatoire pour le voyageur qui peut choisir de compléter son jour de jeûne, ou de rompre et de compenser ce jour.
 
 
 

Cheikh ibn 'Outheymin : Fatâwâ Arkân Al-Islâm, p.469-475