Au sujet du Salon du Bourget


Question :

Il y a un rassemblement annuel des frères musulmans en France dans la ville du Bourget, à proximité de Paris qui commence vendredi.

Des conférences y sont données par leurs leaders et parfois certains prêcheurs au mal viennent de différents pays.

Sont même présents des chanteurs musulmans et des personnes faisant des anachides.

Et il y a une salle réservée au commerce.

Le grand savant, le Cheikh Ahmad An-Najmi, qu’Allah lui fasse miséricorde, a délivré une fatwa dans laquelle il interdit de se rendre à ce rassemblement même pour le commerce. [1] 

 

Mais certains frères sont encore hésitants et y louent des emplacements pour le commerce sous prétexte que dans la question qui a été posée à Cheikh Najmi, qu’Allah lui fasse miséricorde, il n’a pas été mentionné qu’il y a deux salles, une salle pour le commerce et une salle pour les conférences et les anachides.

Quel est donc votre conseil ?

 

Réponse :

Qu’Allah vous bénisse.

Ce qu’a mentionné le Cheikh, qu’Allah lui fasse miséricorde, notre Cheikh An-Najmi, est général.

Sa réponse est valable qu’il y ait une ou deux salles.

Celui qui médite les textes religieux à ce sujet saura que les fatwas des savants sur ce sujet sont claires et prononcées volontairement ainsi.

 

Nous n’ignorons pas que les savants ont démontré cela par le hadith de Thabit ibn Dahhak, qu’Allah l’agrée, lorsqu’un homme a fait le serment pieux d’égorger un chameau dans un endroit appelé Buwana.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم l’a alors interrogé : « Est-ce qu’à cet endroit une idole de la période préislamique fut adorée ? »

 Ils lui ont dit : « Non. ».

 Il صلى الله عليه وسلم a dit : « Célébraient-ils une de leurs fêtes dans cet endroit ? »

 Ils lui ont dit : « Non. ».

Il صلى الله عليه وسلم a alors dit : « Accomplis ton serment et il n’est pas permis d’accomplir un serment en désobéissant à Allah. ».

 

Les questions du Prophète صلى الله عليه وسلم prouvent que s’il y avait eu une de ces choses, il lui aurait interdit.

Alors qu’il avait fait le serment pieux d’égorger pour Allah

Et ceci s’applique également à ce sujet, afin que les gens ne se fassent pas tromper par les gens du faux en augmentant leurs rangs.

Et celui qui s’approche de ces marchés, entend leurs paroles et leurs ambiguïtés et se fait tromper par leur situation et leur grand nombre.

Surtout celui qui est faible, que sa faiblesse touche sa religion ou les choses mondaines.

 

Les pieux prédécesseurs disaient :

« Les cœurs sont faibles et les ambiguïtés sont captivantes. »

 

Certains savants ont ajouté à cela :

« …et les passions également sont captivantes. »

 

Les ambiguïtés et les passions captivent les cœurs faibles, ceux qui sont faibles dans la religion et dans la science, ils s’exposent alors à ces troubles.

Il nous a été ordonné de nous éloigner des gens du faux.

 

Allah عز و جل a dit :

وَلَا تَرْكَنُوا إِلَى الَّذِينَ ظَلَمُوا فَتَمَسَّكُمُ النَّارُ

« Et ne penchez pas vers les injustes, sinon le feu vous atteindra. »

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

« L’homme suit la religion de son ami, que chacun d’entre vous regarde donc qui il prend pour ami. »

 

Et il صلى الله عليه وسلم a dit :

« Le bon et le mauvais compagnon sont comparables au vendeur de musc et de celui qui travaille le fer. »

 

Donc comment le musulman peut-il s’exposer lui-même au mal ?

Les gens du faux sont comme le feu.

Qui s’approche du feu ?

Personne ne s’approche du feu.

Celui qui joue avec le feu a un manque de raison ou un manque dans sa religion.

Le manque de raison le pousse à faire cela et le manque de religion le fait ruser par diverses sortes de ruse.

Et ceci est la situation de certaines personnes.

Donc il ne faut pas que la personne expose sa religion aux troubles.

Et il y a pire encore, c’est qu’elle expose la religion des autres aux troubles.

 

Car en faisant cela, elle donne un mauvais exemple et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

« Celui qui oriente vers une mauvaise voie aura son péché et le péché de tous ceux qui le suivent jusqu’au jour de la résurrection sans que cela ne diminue en rien de leurs péchés. »

 

Et les hadiths à ce sujet sont très nombreux et ne sont pas ignorés.

Et si une personne dit : « Moi, louange à Allah, je connais le mal de cette secte et ce qu’ils ont comme égarements. »

Nous lui disons : si celui qui est inférieur à toi dans la science et la religion te voit, il dira : « Untel y va, donc moi j’y vais. » 

Si toi tu es raffermi, tu dois savoir que les autres ne le sont pas forcément.

Surtout que la manière de reconnaître le bien diffère selon les personnes.

Pour certaines personnes, le bien se reconnaît par le grand nombre.

Donc s’il voit ce grand nombre, il se fera tromper par celui-ci.

Et ce qu’ils font est voulu.

Sinon quel est le rapport entre toutes ces choses.

Des prêcheurs, des conférences, des cours, des chanteurs, des anachides et un marché.

Comme l’ont dit certains machaikh : c’est une moukhaddariya [2] , c’est-à-dire qu’ils ont tout mélangé, le bon et le mauvais, le bénéfique et le nuisible, ce que la religion permet et ce qu’elle ne permet pas.

Et leur religion n’est qu’innovations et passions.

Nous attirons également votre attention sur un autre point.

Nul n’ignore la situation de ces groupes et leur relation ainsi que le secours qu’ils portent aux prêcheurs du takfir et des attentats, ceux qui sèment la corruption sur terre.

Aujourd’hui, les ennemis de cette religion accusent celui qui est innocent.

Celui qui est innocent est incriminé pour le simple fait qu’il a une barbe et porte un qamis.

 

Alors que diront-ils s’il fréquente les gens douteux ?

Même si tu es innocent, tu seras incriminé et peut-être qu’Allah t’épargnera de ces accusations.

Mais que diront-ils si tu fréquentes ce genre de personnes ?

C’est pour cela que le musulman doit s’écarter de ces gens et s’éloigner d’eux, pour préserver sa religion, son prêche mais également pour préserver les autres personnes suivant ce prêche bénit.

Le prêche des gens de la Sunna compte parmi les plus grandes causes de sa réussite et de sa force sa distinction, la distinction entre le vrai et le faux.

C’est pour cela que tu trouves certains de ceux qui s’affilient à ce prêche s’égarer car ils ne concrétisent pas cette distinction.

S’il ne concrétise pas cette distinction, il s’égarera, car il s’est mélangé avec les gens sectaires, les gens des passions et de l’innovation.

Après cela, il s’égarera lui même ou alors ses élèves et ses suiveurs s’égareront.

Comme c’est le cas de certaines personnes qui s’affilient à la Sunna dans certains pays voisins.

Leurs élèves étudient auprès des prêcheurs parmi les gens des passions à cause du manque de distinction.

À cause de cela, les élèves de ces machaikh ont été saisis par les gens des passions et les prêcheurs du mal.

Tout cela à cause du manque de distinction.

C’est pour cela que nous confirmons ce qu’a dit Cheikh An-Najmi, qu’Allah lui fasse miséricorde.

 

Nous conseillons donc aux frères de s’écarter de ce mal et de conseiller leurs frères de s’en éloigner.

Mais ce conseil doit se faire avec sagesse, douceur et miséricorde.

Il ne doit pas prendre le bâton ou le boycotter et se mettre en colère.

Non !

Il doit conseiller ses frères avec sagesse, miséricorde et douceur afin que les gens de la vérité s’unissent sur la vérité inchaAllah.

Les gens de la vérité, les gens de la Sunna et du groupe, comme l’a dit Cheikh Al Islam sont les plus savants des gens concernant la vérité et ils sont les plus miséricordieux envers les gens.

Ils concrétisent cela dans leur science et leurs œuvres.

Nous demandons à Allah pour nous, pour vous et pour l’ensemble des musulmans la réussite, la rectitude, la protection et la droiture.

Et Allah est plus Savant.

 

Et que la prière d’Allah ainsi que Son salut soient sur notre Prophète Muhammad ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

[1] Voir la fatwa de Cheikh An-Najmi

[2] L’origine de ce mot, comme cela nous a été rapporté, est qu’un vendeur de foul ambulant à San’a transportait son récipient sur un âne.

Un jour, le récipient est tombé et des excréments de l’âne sont tombés dedans.

Le vendeur, ne sachant pas quoi faire, a mélangé le tout, ce qui a donné une couleur verte (akhdar) et s’est mis à crier : « moukhaddariya, moukhaddariya ».

Ceci a donc été repris par plusieurs machaikh, dont l’Imam Moqbil Ibn Hadi Al Wadi’i, qu’Allah lui fasse miséricorde, pour désigner le mélange du vrai et du faux par les gens de l’innovation et de l’égarement, comme les frères musulmans qui mêlent le faux à la vérité.

 

Cheikh Abdullah Ibn Omary Al Adani