Sounnah Time

L'interdiction de fuir une région touchée par une épidémie


Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

c ) L'interdiction de fuir une région touchée par une épidémie.

Allah a dit [2:243]  : « N'as-tu pas vu ceux qui sont sortis de leurs demeures par crainte de la mort alors qu'ils étaient plusieurs milliers ? Allah leur a dit : Mourrez ! Puis Il les a ressuscité. Certes Allah accorde Ses faveurs aux gens mais la plupart des gens ne remercient pas ». traduction rapprochée

قال الله تعالى : أَلَمْ تَرَ إِلَى الَّذِينَ خَرَجُوا مِن دِيَارِهِمْ وَهُمْ أُلُوفٌ حَذَرَ الْمَوْتِ فَقَالَ لَهُمُ اللَّهُ مُوتُوا ثُمَّ أَحْيَاهُمْ إِنَّ اللَّهَ لَذُو فَضْلٍ عَلَى النَّاسِ وَلَٰكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَشْكُرُونَ
(سورة البقرة ٢٤٣)

 

D'après Sa'id Ibn Joubeyr, 'Abdallah Ibn 'Abbas (qu'Allah les agrée lui et son père) a dit à propos de ce verset : « Ils étaient quatre mille et sont sortis pour fuir le ta'oun. Ils ont dit : Nous allons aller sur une terre dans laquelle il n'y a pas la mort. Puis lorsqu'ils étaient à tel ou tel endroit (1), Allah leur a dit : Mourrez !
Plus tard (2), un Prophète parmi les Prophètes est passé vers eux et a invoqué Son Seigneur pour qu'Il les fasse revivre et alors Il les a ressuscité ». Rapporté par Ibn Jarir Tabari dans son Tefsir vol 4 p 414 et authentifié par l'imam Ibn Hajar dans Badhl Al Ma'oun Fi Fadl At Ta'oun p 233

(1) C'est à dire qu'il a mentionné le nom de l'endroit où ils étaient.
(2) Il a été rapporté dans un récit authentique que leur mort a durée des années puis qu'ils sont par la suite retournés dans la terre qu'ils avaient quitté et ils ont trouvé que leurs enfants qui étaient restés ont eu eux aussi eu des enfants. Voir Badhl Al Ma'oun Fi Fadl At Ta'oun de l'imam Ibn Hajar p 236

عن سعيد بن جبير قال عبدالله بن عباس رضي الله عنهما في قول الله أَلَمْ تَرَ إِلَى الَّذِينَ خَرَجُوا مِن دِيَارِهِمْ وَهُمْ أُلُوفٌ حَذَرَ الْمَوْتِ : كانوا أربعةَ آلافٍ خَرجوا فِرارًا منَ الطاعونِ قالوا : نأتي أرضًا ليس فيها موتٌ
حتّى إذا كانوا بموضعِ كذا وكذا قال لهم اللهُ : موتوا
فمرَّ عليْهِم نبيٌّ منَ الأنبياءِ فدعا ربَّهُ أن يُحييَهم فأحياهم
رواه ابن جرير الطبري في تفسيره ج ٤ ص ٤١٤ وصححه الحافظ ابن حجر في بذل الماعون في فضل الطاعون ص ٢٣٣

 

Cheikh ibn al 'Outheimin a dit : « Le sens du verset est qu'ils sont sortis de leurs demeures par crainte de la mort à cause d'une épidémie qui a touché leur pays. Ainsi, ils sont sortis afin de fuir le décret d'Allah et Allah a voulu leur montrer qu'il n'est pas possible de fuir Son décret ». Tefsir Sourate Al Baqara vol 3 p 195

D'après Ousama Ibn Zayd (qu'Allah les agrée lui et son père), le Prophète ﷺ a dit à propos du ta'oun: « Si vous entendez qu'il est présent dans une terre, ne vous y rendez pas. Et s'il est présent dans une terre où vous êtes alors ne sortez pas pour le fuir ». Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°3473 et Mouslim dans son Sahih n°2218

عن أسامة بن زيد رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم عن الطاعون : إِذَا سَمِعْتُمْ به بأَرْضٍ فلا تَقْدَمُوا عليه وإذَا وقَعَ بأَرْضٍ وأَنْتُمْ بهَا فلا تَخْرُجُوا فِرَارًا منه
رواه البخاري في صحيحه رقم ٣٤٧٣ و مسلم في صحيحه رقم ٢٢١٨

 

Remarque n°1 : Le fait de fuir du ta'oun est un grand péché :

D'après 'Aicha (qu'Allah l'agrée), le Prophète ﷺ a dit: « Le fait de fuir du ta'oun est comme le fait de fuir lors de la bataille ».Rapporté par Ibn Sa'd et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1292

عن عائشة رضي الله عنها قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : الفرارُ منَ الطاعونِ كالفرارِ منَ الزحفِ
رواه ابن سعد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٢٩٢

Le fait de fuir lors de la bataille a été mentionné par le Prophète ﷺ parmi les sept grands péchés qui font tomber dans la perdition.

Voir le lien suivant : Évitez les sept choses qui mènent à la perdition

L'imam Ibn Khouzeima (mort en 311H) a classé ce hadith dans son Sahih dans le chapitre intitulé : « Le fait de fuir du ta'oun fait partie des grands péchés ». Voir Badhl Al Ma'oun Fi Fadl At Ta'oun de l'imam Ibn Hajar p 275

 

Remarque n°2 : Dans le cas où l'intention de la personne n'est pas de fuir le ta'oun mais de voyager pour une autre cause (travail, famille ...), lui est-il permis de quitter une terre sur laquelle le ta'oun est présent ? Il y a deux cas possibles :

1 - Le premier cas est le cas d'une personne qui est atteinte par la maladie ou dont on craint qu'elle soit atteinte par la maladie :
Dans ce cas, il lui est interdit de quitter la terre où l'épidémie est présente même si son intention n'est pas de fuir.

Cheikh ibn al 'Outheimin a dit à propos des gens qui veulent quitter la terre où la maladie est présente pour une autre raison que la fuite : « Est-ce que nous permettons à la personne de partir si nous craignons qu'elle soit touchée par la maladie ? La réponse est que nous ne lui permettons pas mais plutôt nous lui interdisons cela ». Charh Al Mumti' vol 11 p 111

2 - Le second cas est le cas d'une personne dont nous sommes sûr qu'elle n'est pas atteinte par la maladie : ll y a trois solutions possibles concernant ce cas-là : Voir Fath Al Bari 10/188

- la personne est en bonne santé et veut partir avec l'intention de fuir l'épidémie.
Nous avons expliqué plus haut que ceci est interdit et fait partie des grands péchés.
- la personne est en bonne santé et veut partir avec une intention autre que fuir l'épidémie comme un voyage déjà prévu auparavant, un voyage pour cause familiale, pour cause de travail ...
Ici, les savants sont en consensus sur le fait qu'il est permis à cette personne de voyager et de quitter la terre sur laquelle l'épidémie est présente.

L'imam Nawawi (mort en 676H) a dit : « Les savants sont en consensus sur le fait qu'il est permis de sortir de la terre touchée par le ta'oun pour une occupation ou une cause autre que le fait de fuir ». Charh Sahih Mouslim, hadith n°2218

- la personne est en bonne santé et veut partir pour une cause familiale, de travail ou autre et ajoute à cela l'intention de fuir l'épidémie.

L'imam Ibn Hajar a mentionné que les savants ont divergé sur cette question et que l'avis du compagnon 'Omar Ibn Al Khattab (qu'Allah l'agrée) est que dans ce cas il est permis de voyager. Fath Al Bari 10/189

 

 

 

En collaboration avec hadithdujour.com
Autorisation de partage sans modifier le texte.