Allah ne change pas la situation d'un peuple tant qu'ils ne changent pas d'eux-mêmes



On trouve parmi les fléaux imperceptibles mais répandus, le fait que le serviteur jouisse d'un bienfait qu'Allah  (جل وعلا)  lui a octroyé et qu'Il a choisi pour lui, puis celui-ci s'en lasse et cherche à passer à autre chose, qu'il pense être - tout ignorant qu'il est - meilleur que le bienfait dont il jouit actuellement. Son Seigneur a pitié de lui et le laisse donc dans son bienfait initial. Il l'excuse pour son ignorance et les mauvaix choix qu'il fait pour lui-même. Mais lorsque le serviteur est exédé par ce bienfait, s'en irrite, s'en agace et s'en lasse définitivement, Allah  (جل وعلا) le lui retire.

Quand le serviteur quitte ce bienfait pour ce qu'il recherchait, et se rend compte de la différence entre ce dont il jouissait et ce qu'il vit désormais, il sera alors pris de tourments, de remords et désirera revenir à son bienfait initial.

Quand Allah  (جل وعلا) désire le bien et la droiture pour Son serviteur, Il lui fait se rendre compte que sa situation actuelle est un bienfait de Sa part. Il fait en sorte qu'il s'en contente et lui inspire de Le remercier pour cela. Si son âme lui insuffle de délaisser ce bienfait pour autre chose, il consultera alors son Seigneur comme le ferait une personne qui ignore où se trouve son intérêt, incapable de le cerner, s'en remettant totalement à Allah en Lui demandant de faire le meilleur choix pour lui.

Rien n'est plus néfaste au serviteur que de se lasser du bienfait d'Allah  (جل وعلا)  car il ne le considère alors plus comme un bienfait, ne remercie plus Allah pour cela et ne s'en réjouit. Au contraire, il déteste ce bienfait, s'en plaint, et le considère comme un malheur, alors que c'est l'un des plus grands bienfaits qu'Allah  (جل وعلا)  lui ait jamais octryé.

La majorité des gens sont les ennemis des bienfaits dont Allah leur fait don. Ils ne se rendent pas compte du fait qu'Allah déverse Ses bienfaits sur eux, et ils s'efforcent donc de les repousser et les rejeter injustement et par ignorance. Combien de bienfaits se sont acheminés vers l'un d'eux, bienfaits qu'il s'efforce alors de repousser avec violence. Et combien de bienfaits lui sont parvenus, mais qu'il s'efforce de rejeter et de faire disparaître injustement et par ignorance.

Allah  (جل وعلا)  dit dans la sourate 8 au verset 43 : « C'est qu'en effet Allah ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci change ce qui est en lui-même ... »

ذَٲلِكَ بِأَنَّ ٱللَّهَ لَمۡ يَكُ مُغَيِّرً۬ا نِّعۡمَةً أَنۡعَمَهَا عَلَىٰ قَوۡمٍ حَتَّىٰ يُغَيِّرُواْ مَا بِأَنفُسِہِمۡ‌ۙ

Et dans la sourate 13 au verset 11 : « En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes ... »

إِنَّ ٱللَّهَ لَا يُغَيِّرُ مَا بِقَوۡمٍ حَتَّىٰ يُغَيِّرُواْ مَا بِأَنفُسِہِمۡ‌ۗ

 

Il n' y a pas de pire ennemi pour les bienfaits que l'âme du serviteur, qui s'associe à son propre ennemi [Satan] contre sa propre âme. Satan allume le feu, brûlant les bienfaits et le serviteur l'attise. C'est donc le serviteur qui permet à Satan d'allumer le feu, et l'aide en l'attisant. Lorsque les flammes deviennent envahissantes, il criera : au feu ! Et il ne trouveras alors rien de mieux à blâmer que le destin

Le serviteur étroudi rate toutes les bonnes occasions , lorsque l'une d'elles lui échappe, il blâme le destin.

 

 

 

Ibn al Qayyim - Al Fawaid : Les Méditations p281