Calcul astronomique et début du mois lunaire



Le hadith d'Ibn 'Umar (رضي الله عنهم), d'après le Prophète صلى الله عليه و سلم qui a dit : "Nous sommes une communauté analphabète, nous n'écrivons pas et nous ne comptons pas". Rapporté par Al Bûkhari.

Sa parole "une communauté analphabète", c'est à dire dans la majorité, à son époque dans la majorité les gens n'écrivaient pas et ne comptaient pas, et ceux qui écrivaient et qui comptaient été peu. Ceux qui écrivaient et qui lisaient, étaient présents mais été peu, et l'information concerne la majorité,. Ainsi, sa parole "nous sommes une communauté analphabète", c'est à dire que notre majorité n'écrit pas et ne lit pas".

Et parmi les bienfaits d'Allah سبحانه و تعالى, il y a le fait qu'Il a rendu les adorations dans les choses claires, même pour celui qui ne lit pas et n'écrit pas, c'est à dire qu'elles ne sont pas liées à des choses qui nécessite de la lecture ou de l'écriture mais il s'agit plutôt de choses claires. Par exemple, les cinq prières, ses horaires sont claires pour toute personne, elles sont liées au lever de l'aube, au déclin du soleil (après le zénith), au coucher du soleil. Ainsi, elles sont liées à des choses claires pour les gens. Le début du mois se fait par la nouvelle lune, si la nouvelle lune n'est pas vu, il faut compléter le mois qui le précède, qui est le mois de Cha'ban, à trente jours et ainsi de suite. Et ceci fait partie des choses qui montrent que la prise en compte des calculs astronomique pour déterminer le début du mois ne fait pas partie de la législation d'Allah. Et le Seigneur de l'univers est Celui qui a fait en sorte pour Ses serviteurs que le début du mois se fasse par la vue de la nouvelle lune ou bien par le fait de compléter le mois qui précède à 30 jours, Il a certes cerné de Sa science que les gens allaient fortement évoluer dans leur science des calculs et de l'astronomie. Et Sa législation est une législation éternelle et perpétuelle pour tous lieux et toute époque. Et ce qui est prit en compte, pour le début du mois à notre époque est la même chose qui était prise en compte à l'époque du Prophète صلى الله عليه و سلم .

C'est la raison pour laquelle il n'est pas permis de prendre en compte les calculs (astronomique) pour déterminer le début du mois. Et malgré cela, il y a certains endroits - qui deux ou trois mois avant le Ramadan - donnent son début. Ils disent : il débutera le mardi à tel moment ... Ceci ne fait pas partie de la législation d'Allah car Allah سبحانه و تعالى a dit : "Donc quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne". [02/185]

"Ils t'interrogent sur les nouvelles lunes - Dis : "Elles servent aux gens pour compter le temps, et aussi pour le Hajj".[2:189]

Ainsi ce qui est pris en compte, c'est la nouvelle lune et sa vision, et ce n'est pas les calculs qui sont pris en compte. Et la science d'Allah cerne tout, que les gens allaient évoluer et atteindre de grandes connaissances sur les calculs. Et un pays à notre époque (le cheikh fait sûrement référence à la france en 2013) a annoncé le début du mois, deux mois avant du Ramadan, qu'il allait début le mardi. Puis il fut contredit par tous les pays du monde, et ce qu'ils avaient atteint par le calcul (était faux). Ils ont alors déclaré à tout le pays de leurs erreur et que ce qu'il faisait avant était meilleur (observer la lune). Et ceci fait partie des choses qui vous dévoile que le salut de l'individu se trouve dans le fait de rester sur la base, et que c'est cela qui correspond à la vérité et à la guidée. Ainsi, ce qui est prit en compte pour le début du mois c'est la vision de la lune : "Jeûnez à sa vision et rompez à sa vision, et si elle vous ai cachée alors complétez (le mois) à trente jours", c'est à dire que la chose est claire et ne nécessite pas de faire de tels efforts, dont Allah سبحانه و تعالى n'a fait descendre aucune preuve.

 

Cheikh 'Abd Razzaq al Badr
📺 YouTube : sahihofislam