La bonne croyance


Selon Ubaï ibn Ka'b (رضي الله عنه) : "Suivez la bonne voie et la tradition. Un homme qui suit la bonne voie et la tradition et dont les yeux pleurent par crainte d'Allah en l'évoquant ne peut être touché par l'Enfer. Un homme qui suit la bonne voie et la tradition et dont la peau frémit de peur en évoquant le Miséricordieux est comme un arbre aux feuilles mortes. Ses péchés yombent comme les feuilles de cet arbre. Il vaut mieux être modéré sur le chemin de la tradition d'Allah que de faire des efforts sur le chemin inverse. Quoi que vous puissiez faire comme efforts, voyez si vos actes sont conformes à la voie et la tradition des prophètes."

ℹ️ Rapporté par Ibn Abî Shaïba dans son recueil el musannaf (35526), et Abû Nu'aïm dans hiliyat el awliyâ (1/253)

Cette annale d'Ubaï ibn Ka'b vante les vertus de l'islam. Il explique qu'un homme qui suit la sounna authentique du Prophète (ﷺ) et que la crainte d'Allah pousse à pleurer ne gouttera pas à l'Enfer. Il craint Allah en effet tout en suivant la bonne voie et le bon chemin (sabîl). En revanche, il ne sert à rien de pleurer quand on s'oppose à la sounna, ou en d'autres termes, quand on sombre dans l'innovation. De nombreux chrétiensversent de chaudes larmes, mais cela ne les empêche pas d'être égarés.

Nous pouvons dire la même choses pour bon nombre d'adorateurs des tombeaux (qubûriyûn) et d'innovateurs. Leurs pleurs ne leurs sont d'aucune utilité et ne font l'objet d'aucune récompense. L'important n'est pas de pleurer et d'être humble, mais plutôt d'adhérer à la bonne religion conformément à la sounna du prophète (ﷺ). La fin du discours d'Ubaï ibn Ka'b est marqué par une parole extraordinaire : "Il vaut mieux agir modérément sur la voie d'Allah et le chemin de la sounna que de faire des efforts sur un chemin inverse." Il vaut mieux faire peu d'actions conformes à la sounna et qui rapportent un grand bien que beaucoup d'innovations qui ne rapportent rien. Il ne sert à rien de multiplier des actes de dévotion jours et nuits s'ils ne sont pas conformes à la voie du meilleur des hommes. L'important, ce n'est pas la quantité ni les pleurs, mais de se conformer aux préceptes du Coran et de la sounna. Les pleurs et la dévotion peuvent sauver un homme de l'Enfer, même s'il fait peu d'actions. A condition que ces dernières soient bien conformes à la sounna.

 

Selon Abû Dardâ (رضي الله عنه) : "Mieux vaut ni prier la nuit ni jeûner le jour, mais en étant éveillé, que de prier la nuit et jeûner le jour, mais en étant simple d'esprit. Comment ne pas condamner un individu pareil !"

ℹ️ Rapporté par Abû Nu'aïm dans hiliyat el awliyâ (1/211)

L'annale d'Abû Dardâ va dans le même sens que la précédente. Elle explique qu'il vaut mieux avoir une bonne croyance et dormir la nuit que d'avoir une mauvaise croyance et passer la nuit en prière. L'homme à la croyance correcte est louable même en faisant peu d'efforts dans l'adoration et l'innovateur est condamnable même en y redoublant d'efforts.


📗 Les mérites de l'islam - Cheikh Muhammad Ibn 'Abd al Wahhab (رحمه الله)
Commentaires de Cheikh al Fawzan (حفظه الله) p.15/16