Chap.157 | Ce que l'on récite au cours de la prière sur le mort

Il faut dire: "Allah est le plus grand" (takbîr), à quatre reprises dans la prière funèbre.
Après le premier takbîr, on dit: "Je cherche refuge auprès d'Allah contre Satan le maudis (a'oudhou billâhi minach-chaytânir-rajîm)", puis on récite la Fâtiha (la première sourate du Coran).

Après le deuxième takbîr, on récite la prière sur le Prophète: "Ô Allah! Prie sur Mouhammad et la famille de Mouhammad comme Tu as prié sur Ibrahim et la famille d'Ibrahim. Tu es digne de louange et de glorification. Ô Allah! Béni Mouhammad et la famille de Mouhammad comme Tu as béni Ibrahim et la famille d'Ibrahim. Tu es digne de louange et de glorification (allâhoumma salli 'alâ mouhammado, wa 'alâ âli mouhammadin kamâ sallayta 'alâ ibrahîma wa 'alâ âli ibrâhîma, innaka hamîdoun majîd, allâhoumma bârik 'alâ mouhammadin wa 'alâ âli mouhammadin, kamâ bârakta 'ala ibrâhîma, wa 'alâ âli ibrâhîma, innaka hamîdoun majîd)".
Il ne faut pas se contenter, comme beaucoup de gens le font, de réciter le verset: "Certes Allah et Ses anges prient sur le Prophète..."
Les Coalisés - Al-Ahzab | v56 car dans ce cas, la prière sur le Prophète n'est pas valable.

Puis après le troisième takbîr, on prie en faveur du mort et des musulmans en général en recourant aux invocations que nous citerons par la suite, si Allah le veut.

Après le quatrième takbîr, on invoque encore Allah, l'une des meilleures prières étant: "Ô Allah, ne nous prive pas de sa récompense, ne nous éprouve pas après lui, et pardonne-nous ainsi qu'à lui". Le mieux est d'utiliser de longues invocations - contrairement à la pratique de la plupart des gens - comme le prouve le hadîth rapporté par Ibn Abi Awfâ que nous citerons si Allah Le Très Haut le veut.

Parmi les invocations à réciter après le troisième takbîr, celle rapportées dans les traditions suivantes:
| 935 | Abou 'Abdir-Rahmân 'Awf ibn Mâlik (رضي الله عنه) a dit: "Le Messager d'Allah (ﷺ) a accompli un jour une prière funèbre dont j'ai retenu l'invocation. Il (ﷺ) a dit: "Ô Allah! Absous-le, sois clément envers lui, préserve-le, pardonne-lui, accueille-le avec générosité, élargis-lui sa tombe, lave-le avec l'eau, la neige et la grêle, purifie-le de ses péchés comme Tu purifies le vêtement blanc de la souillure. Remplace-lui sa demeure par une demeure meilleure que la sienne, sa famille par une famille meilleure que la sienne, son conjoint par un conjoint meilleur que le sien, fais-le entrer au paradis, et protège-le du châtiment de la tombe et du châtiment de l'enfer (allâhoummaghfir lahou warhamhou, wa âfihi wa'afou 'anhou, wa akrim nouzoulahou wa wassi' moukkhalahou, waghsilhou bil-mâi wath-thalji wal-baradi, wa naqqihi minal-khatâyâ kamâ naqqaytath-thawbal-abyada minad-danas, wa abdilhou dâran khayran min dârihi, wa ahlan khayran min ahlihi, wa zawjan kayran min jawzihi, wa adkhilhou jannata, wa a'idhou min 'adhâbil-qabri, wa min 'adhâbin-nâr)". Abou 'Abdir-Rahmân Awf ibn Mâlik رضي الله ajouta: "J'ai souhaité être à la place de ce mort". Muslim

article separator1

| 936 | D'après Abou Hourayra, Abou Qatâda, et Abou Ibrpahim Al-Achhali - selon son père qui fut l'un des compagnons du Messager d'Allah - (ﷺ), le Prophète (ﷺ) a accompli une prière funèbre dans laquelle il a dit: "Ô Allah! Pardonne à nos vivants et nos morts, à nos jeunes et nos personnes âgées, à nos hommes et nos femmes, à ceux des nôtes qui sont présents et ceux qui sont absents. Ô Allah! Celui que Tu laisses en vie, fais-le vivre musulman, et celui que Tu fais mourir, fais-le mourir croyant. Ô Allah! Ne nous prive pas de notre récompense (pour avoir prié sur lui), et ne nous égare pas après sa mort (Allâhoumma ghfir lihayyinâ wa mayyitinâ, wa saghîrinâ wa kâbirinâ, wa dhakarinâ wa ounthânâ, wa châhidinâ wa ghâibinâ. Allâhoumma man ahyaytahou minnâ, faahyihi 'alal-islâm, wa man tawaffaytahou minnâ, fatawaffahou 'alal-îmân0 Allâhoumma lâ tahrimnâ ajrahou, wa lâ taftinâ ba'douh)". At-Tirmidhi

article separator1

| 937 | Abou Hourayra رضي الله عنه  rapporte qu'il a entendu le Messager d'Allah (ﷺ) dire: "Lorsque vous priez sur un mort, soyez sincères dans vos invocations en sa faveur". Abou Dâwoud

article separator1

| 938 | D'après Abou Hourayra رضي الله عنه , le Prophète (ﷺ) fit, au cours d'une prière funèbre, cette invocation: "Ô Allah! Tu es Son Seigneur: c'est Toi Qui l'as créé, Qui l'as guidé à l'islam, Qui as repris son âme, et Tu connais mieux que quiconque ce qu'il a dissimulé comme ce qu'il a laissé paraître. Nous sommes venus auprès de Toi pour intercéder en sa faveur, alors pardonne-lui (allhâhoumma anta rabouhâ, wa anta khalaqtahâ, wa anta hadaytahâ lil-islâmi, wa anta qabadta rouhahâ, wa anta a'lamou bisirrihâ wa 'alâniyyatihâ, ji'inâka choufa'â lahou, faghfir lah)". Abou Dâwoud

article separator1

| 939 | Wâthila ibn Al-Asqa' رضي الله عنه a dit: "Le Messager d'Allah (ﷺ) dirigea la prière mortuaire sur un musulman, au cours de laquelle je l'ai entendu dire: "Ô Allah! Untel, fils d'untel est lié à Ton engagement et sous Ta protection, préserve-le donc des épreuves de la tombe et du châtiment du Feu, Ta promesse est vérité, et Tu mérites nos louanges. Ô Allah! Pardonne-lui et fais-lui miséricorde, Tu es certes le Très Clément, le Très Miséricordieux (allâhoumma inna foulân ibn foulân fi dhimmatika wa habli jiwârik, faqihi fitnatal-qabri wa 'adhâban-nâr, wa anta ahloul-wafâ wal-hamd, allâhoumma faghfir lahou warhamhou innaka antal-ghafour-our-rahîm)". Abou Dâwoud

article separator1

| 940 | On rapporte que 'Abdoullah ibn Abi Awfâ رضي الله عنه  prononça quatre takbîr (allâhou akbar) au cours de la prière mortuaire sur l'une de ses filles. Il resta, après le quatrième takbîr, deux fois plus longtemps qu'après les autres takbîr, implorant le pardon d'Allah pour elle et L'invoquant". Puis, il dit: "C'est ainsi que faisait le Messager d'Allah(ﷺ)".
Dans une autre version "Il prononça quatre takbîr puis demeura (après le quatrième) si longuement dans cette position que j'ai pensé qu'il allait en prononcer un cinquième. Il fit ensuite les salutations finales (assalamou 'alaykoum) sur sa droite, puis sur sa gauche. Alors qu'il s'apprêtait à partir, nous l'interrogeâmes sur ce qu'il venait de faire. Il répondit: "Je n'ai rien ajouté à ce que j'ai vu faire le Messager d'Allah (ﷺ)" (ou: C'est ainsi qu'agissait le Messager d'Allah (ﷺ)"). Al Hâkim