Les six devoirs du musulman envers son frère


عن أَبي هريرة رضي الله عنه قال : قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : (حق المسلم على المسلم سبت. قيل : ما هي يا رسول الله ؟ قال : (( إِذا لقيته فسلم عليه، وإِذا دعاك فأَجبه، وإِذا استنصحك فانصح له، وإِذا عطس فحمدالله فشمته، وإِذا مرض فعده، وإِذا مات فاتبعه.))

Abû Hurayra (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (ﷺ) a dit : "Les devoirs du musulman envers son frère sont au nombre de six." On lui demanda : "Quels sont-ils, ô messager d'Allah ?" Il répondit : "Lorsque tu le rencontres, salue-le. S'il t'invite, réponds à son invitation. S'il te demande un conseil, prodigue-le-lui. S'il éternue et loue Allah, invoque la miséricorde d'Allah en sa faveur. S'il tombe malade, rends-lui visite. S'il décède, suis son cortège funèbre."

Rapporté par Muslim, livre du salut (2162).


Commentaire

Remplir ces six devoirs envers ses frères musulmans indique que l'on respecte à plus forte raison tous leurs autres droits. Par ce biais, le musulman accomplit ses obligations et respecte les droits de ses frères, ce qui, en soit, comporte un grand bien et permet de bénéficier d'une grande récompense de la part d'Allah.

  • Le premier devoir mentionné se trouve dans cette portion du hadith : "Lorsque tu le rencontres, salue-le." Saluer son frère entretient l'amour fraternel, qui lui-même implique un surplus de foi, qui elle-même est la cause principale d'entrée au Paradis. A ce sujet, le Prophète (ﷺ) dit : "Par Celui qui détient mon âme dans Sa main ! Vous n'entrerez au Paradis que si vous avez la foi, et vous n'aurez la foi que lorsque vous vous aimerez les uns les autes. Vous indiquerai-je une oeuvre qui - si vous la mettez en pratique - intensifiera l'amour que vous portez les uns envers les autres ? Faites-en sorte que le salut soit une pratique répandue parmi vous."¹

Saluer son frère musulman fait partie de la beauté de l'Islam. En effet, saluer son frère, c'est invoquer Allah en sa faveur pour qu'Il le préserve de tout mal, le couvre de Sa miséricorde et de Sa bénédiction, qui sont les sources de tout bien. La salutation est accompagnée de sourires et de formules d'accueil chaleureuses qui sont autant de raisons pour que l'amitié et l'affection mutuelle se renforcent, et pour que toute forme d'inimitié ou d'antipathie disparaisse. Ainsi, la salutation est le droit de tout musulman. Il est obligatoire de rendre la pareille à celui qui nous salue, et il est conseillé de répondre par de plus belles salutations encore. Quoi qu'il en soit, le meilleur des deux est celui qui a été le premier à saluer l'autre.

  • Le deuxième devoir du musulman est mentionné dans cette portion du hadith : "S'il t'invite, réponds à son invitation." C'est-à-dire : s'il t'invite à prendre part à un repas, ou à boire un verre, ne déçoit pas ton frère en refusant, alors qu'il a pensé à toi et t'a fait l'honneur de t'inviter. Répond donc favorablement à son invitation, à moins que tu n'aies un empêchement.
  • Le troisième devoir réside dans la parole du Prophète (ﷺ) : "S'il te demande un conseil, prodigue-le-lui." C'est à dire : s'il sollicite tes conseils concernant un projet qu'il veut entreprendre, conseille-le alors comme s'il s'agissait de ton propre projet. S'il s'agit d'un projet ne présentant que des avantages, incite-le à le mener à bien. S'il risque de lui porter préjudice, mets-le en garde. Si le projet en question présente des avantages et des inconvénients, décris-les lui et fais en sorte d'évaluer et de comparer les intérêts et les dommages éventuels. si ton frère musulman te consulte au sujet d'une transaction qu'il veut engager avec autrui, te demande conseil au sujet d'un prétendant qui se serait présenté pour demander la main d'une femme de sa famille, ou sollicite ton avis concernant une famille dont il voudrait épouser une des filles, conseille-le alors de la manière la plus sincère qui soit. Fais-lui les mêmes recommandations que tu te ferais à toi même et prends garde à ne pas le tromper, car quiconque trompe les musulmans ne peut prétendre en même temps être un des leurs, et aura failli à l'obligation de les conseiller sincèrement.

Le conseil sincère, en soi, est une obligation d'ordre générale, mais elle devient plus impérative lorsque ton frère musulman sollicite ton avis et recherche tes conseils avisés. C'est pour cette raison que le Prophète (ﷺ) a spécifiquement mentionné le conseil dans le hadith que nous étudions, car il est d'une importance cruciale dans cette situation. En outre, nous avons auparavant suffisamment commenté le hadith "La religion, c'est le conseil sincère."² pour avoir besoin de le détaillé à nouveau ici.

  • Le quatrième devoir est formulé par le Prophète (ﷺ) en ces termes : "S'il éternue et loue Allah, invoque la miséricorde d'Allah en sa faveur." En effet, l'éternuement est un bienfait d'Allah, car il permet d'expulser une certaine quantité d'air dispersée dans divers endroits du corps humain. Allah permet donc à cette quantité d'air de se libérer en s'échappant par un orifice, soulageant ainsi la personne qui éternue. C'est pour cette raison qu'il lui est recommandé de louer Allah pour ce bienfait, de même qu'il est conseillé à son frère musulman de lui dire :

يرحمك الله

"Qu'Allah te fasse miséricorde", invocation à laquelle on répond :

يهديكم الله و يصلح بالكم

"Qu'Allah vous guide et améliore votre situation." Si celui qui éternue omet de louer Allah³, il ne mérite pas qu'on invoque la miséricorde d'Allah en sa faveur, et il ne devra s'en prendre qu'à lui même, car c'est par sa faute qu'il n'a pu bénéficier des deux bienfaits que sont la louange d'Allah et l'invocation que son frère lui aurait fait s'il avait loué Allah.

  • Le cinquième devoir est "S'il tombe malade, rend-lui visite." Rendre visite au musulman malade fait partie de ses droits, et en particulier quand il s'agit de proches ou d'amis dont le respect des droits est plus impératif encore. C'est là un acte des plus méritoires. Quiconque visite son frère musulman malade n'aura de cesse de bénéficier de la miséricorde divine. Tout au long de sa présence aux côtés de son frère, la miséricorde d'Allah l'enveloppe. S'il lui rend visite le matin, les anges ne cesseront d'invoquer Allah en sa faveur jusqu'au soir. S'il lui rend visite le soir, les anges ne cesseront d'invoquer Allah en sa faveur jusqu'au matin. Il convient à celui qui rend visite à son frère malade d'invoquer Allah en sa faveur pourqu'Il le guérisse, de le réconforter, de le rassurer en lui affirmant qu'il sera vite rétabli et guéri, de lui rappeler qu'il doit profiter de l'occasion pour se repentir et revenir vers Allah, de lui prodiguer des conseils utiles, sans prolonger la visite inutillement. On doit plutôt écourter la visite de manière raisonnable, à moins que le malade n'exprime clairement le désir qu'on le visite souvent et qu'on reste à ses côtés le plus longtemps possible. Il convient donc d'adapter les visites à chaque situation.
  • Enfin, le sixième et dernier devoir est le suivant : "S'il décède, suis son cortège funèbre." En effet, quiconque suit la procession funèbre d'un musulman jusqu'à ce que la prière mortuaire soit accomplie recevra de la part d'Allah l'équivalent d'une montagne en récompense. Et quiconque fait partie à une procession funèbre jusqu'à ce que le défunt soit enterré, recevra l'équivalent de deux montagnes en récompense. Enfin, il convient de savoir que participer à une procession funèbre revient à respecter les droits d'Allah, mais aussi ceux du défunt et de ses proches qui lui ont survécu.

¹ Muslim, livre de la foi (54)

² Muslim, livre de la foi (55)

³ NdT : c'est à dire : Al HamduliLlâh

L'explication de 99 hadiths concis. Cheikh 'abd ar Rahman ibn Nâsir as-Sa'di رحمه الله, p133/136

Retranscription admin sounnahtime®
Autorisation de diffusion uniquement en citant la source, et ne rien modifier au texte.