Allah S'est imposé d'aider trois personnes


Hadith 48

عن أَبي هريرة رضي الله عنه أَن رسول الله صلى الله عليه و سلم قال : ((ثلاثة حق على الله عز وجل عونهم : المكاتب الذي يريد الأَداءَ والناكح الذي يريد المجاهد في سبيل الله.))

Abû Hurayra (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (ﷺ) a dit : "Allah S'est imposé d'aider trois personnes : l'esclave qui s'efforce de verser à son maître le prix de sa liberté, celui qui désire se marier pour préserver sa chasteté, et le combattant sur le sentier d'Allah."

Rapporté par les auteurs des Sunan, sauf An-Nasâ'ï

At Tirmidhi, livre des mérites du Jihad (1655). Ibn Mâjah, livre des règles juridiques (2518) et An Nasâ'ï, livre du Jihad (3120). Il semble que l'auteur ait voulu dire "sauf Abû Dâwûd". Al Albani l'a qualifié de Hassan (Ghâyrat ul-Marâm, 210).


Commentaire

Allah le Très Haut a promis à ceux qui dépensent de leurs biens de leur restituer ces dépenses ici-bas. Allah n'a pas spécifié de quelle dépense il s'agissait, mais on déduit nécessairement qu'il s'agit des dépenses qu'Allah aime. En effet, la promesse de restitution qu'Il a faite est une forme de récompense qui ne peut être la conséquence que d'une oeuvre aimée d'Allah.

  • Concernant les dépenses faites dans le but d'accomplir ce qu'Allah n'aime pas, comme des péchés, ou le fait de gaspiller les biens licites, Allah ne promet pas de les restituer à leurs auteurs. Bien au contraire, ces dépenses ne seront que pure perte.

Les trois types de dépenses mentionnés dans le hadith que nous étudions font partie des choses les plus aimées d'Allah.

  • Ainsi, le combat dans le sentier d'Allah est le point culminant de la religion. Le combattant occupe le degré le plus éminent et le statut le plus élevé auprès d'Allah. Le terme Jihad englobe aussi bien la lutte armée, que la lutte par la plume et les arguments contre les ennemis de l'Islam. Les dépenses pour cette noble cause seront restituées par Allah, qui aide et soutient quiconque chemine sur la voie du Jihad.
  • Concernant les esclaves qui cherchent à racheter leur liberté, Allah a ordonné aux maîtres d'accéder à leur requête. Il a ainsi dit :

وَٱلَّذِينَ يَبۡتَغُونَ ٱلۡكِتَـٰبَ مِمَّا مَلَكَتۡ أَيۡمَـٰنُكُمۡ فَكَاتِبُوهُمۡ إِنۡ عَلِمۡتُمۡ فِيہِمۡ خَيۡرً۬ا‌ۖ

Ceux de vos esclaves qui cherchent un contrat d’affranchissement, concluez ce contrat avec eux si vous reconnaissez du bien en eux

s24v33

C'est-à-dire : si vous reconnaissez en eux piété et sagesse dans la gestion de leurs affaires. Le maître est donc dans l'obligation d'accéder à cette requête. L'esclave qui cherche à établir un contrat d'affranchissement et qui désire ardemment - et avec empressement - racheter sa liberté, afin de pouvoir se consacrer à sa religion et gérer sa vie, se verra aidé et soutenu par Allah, qui lui accordera sa subsistance de là où il ne s'y attend pas. Le maître doit faire preuve d'indulgence dans la détermination des échéances de paiement qu'il impose à son esclave. De plus, quand ce dernier aura payé toute sa dette, le maître devra lui en rendre le quart.

Concernant la parole d'Allah (ﷻ) :

وَءَاتُوهُم مِّن مَّالِ ٱللَّهِ ٱلَّذِىٓ ءَاتَٮٰكُمۡ‌ۚ

"donnez-leur des biens d’Allah qu’Il vous a accordés"

s24v33

Il s'agit d'un ordre adressé aux maîtres en particulier et aux musulmans en général. C'est pour cette raison que la Zakât peut être versée aux esclaves qui veulent racheter leur liberté, et cela fait partie de la bonté d'Allah.

وَفِى ٱلرِّقَابِ

[Les aumônes obligatoires sont destinées] à l'affranchissement des serviteurs.

s9v60

  • Un hadith plus général encore que celui que nous étudions a authentiquement été rapporté du Prophète (ﷺ) : "Quiconque emprunte les biens d'autrui avec la ferme intention de les lui rendre, Allah Se charge de rembourser sa dette. Et quiconque les emprunte avec l'intention de les dilaper sans jamais les rendre. Allah le mènera à sa perte."¹
  • Pour ce qui est du mariage, Allah et Son prophète (ﷺ) ont intimé l'ordre de se marier.

Les conséquences heureuses en découlant sont nombreuses, et on compte parmi elles le fait qu'Allah aide et soutient ceux qui se marient, qu'il s'agit d'une obéissance aux ordres d'Allah et de Son prophète (ﷺ), et que se marier, c'est perpétuer la tradition des prophètes. On n'oubliera pas également de mentionner que le mariage permet de préserver la chasteté, d'éviter au regard de se poser sur les choses interdites, d'avoir une descendance, et de subvenir aux besoins de l'épouse et des enfants.

En effet, quand le serviteur dépense de ses biens pour sa famille en cherchant par ce biais à satisfaire Allah, une récompense et de bonnes actions lui sont comptabilisées. Cei est vrai quelle que soit la dépense faite : nourriture, boisson, vêtement, ustensile, etc. Toutes ces dépenses sont un bien pour le serviteur et lui feront gagner des bonnes actions perpétuelles, qui sont meilleures encore que les actes d'adoration surérogatoires dont les bénéfices se limitent à la personne qui les pratique.

  • Le mariage permet au serviteur de se rappeler des bienfaits d'Allah à son égard. Il permet également d'avoir plus de temps pour se consacrer à l'adoration d'Allah, et permet aux époux de s'entraider dans la réalisation de leurs intérêts religieux et mondains.

Allah (ﷻ) a dit :

فَٱنكِحُواْ مَا طَابَ لَكُم مِّنَ ٱلنِّسَآءِ

parmi les femmes qui vous plaisent

s4v3

Le Prophète (ﷺ) a dit : "On épouse [généralement] une femme pour [une ou plusieurs de ces] quatre raisons : pour sa richesse, sa beauté, sa lignée ou sa piété. Fais en sorte que ton choix se porte sur la femme pieuse."² Le choix de la future épouse doit avant tout être guidé par des considérations religieuses car l'épouse pieuse répand le bien-être dans le foyer, transmet sa piété aux enfants, emplit le coeur de son époux de quiétude et de sérénité.

Si en plus de la piété, l'épouse présente certaines des autres qualités mentionnées dans le hadith, ce n'est que surplus de bien. Dans le cas contraire, il faut savoir que la piété est la qualité principale qu'il faut chercher chez la femme.

Allah (ﷻ) dit :

فَٱلصَّـٰلِحَـٰتُ قَـٰنِتَـٰتٌ حَـٰفِظَـٰتٌ۬ لِّلۡغَيۡبِ بِمَا حَفِظَ ٱللَّهُ‌ۚ

Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah.

s4v34

L'épouse doit avant tout remplir les devoirs qu'elle a envers Allah, puis envers son époux, en gardant à l'esprit qu'elle doit donner priorité aux droits de son époux sur les droits de toutes les autres créatures.

Pour ce qui est de l'époux, il doit faire en sorte que sa femme s'améliore à tous les niveaux, et utiliser tous les moyens pour que règne la bonne entente entre eux. En effet, la bonne entente dans le couple est l'objectif principal du mariage. C'est pour cette raison que le Prophète (ﷺ) a vivement conseillé à l'homme désirant épouser une femme de la voir avant de demander sa main auprès de sa famille, afin qu'il soit pleinement conscient de ce dans quoi il s'engage.

Et Allah est le plus Savant.


¹ Al Bûkhari, livre de l'emprunt, du recouvrement des dettes, du gel des avoirs et du surendettement. (2257)

² Al Bûkhari, livre du mariage (4802). Muslim, livre de l'allaitement (1366).

L'explication de 99 hadiths concis. Cheikh 'abd ar Rahman ibn Nâsir as-Sa'di رحمه الله, p205/208

 

Retranscription admin sounnahtimeⓇ
Autorisation de diffusion uniquement en citant la source, et ne rien modifier au texte.