Chap.5 | La vigilance en Allah


Allah (ﷻ) dit :

"Qui te voit quand tu te lèves, et (voit) tes gestes parmi ceux qui se prosternent".

Ash Shu'ara - Les Poètes | v218.219

"Il est avec vous où que vous soyez".

Al Hadid - Le Fer | v4

"Rien, vraiment ne se cache d’Allah de ce qui existe sur la terre ou dans le ciel".

Ali 'Imran - La Famille d'Imran | v5

"Car ton Seigneur demeure aux aguets".

Al Fajr - L'Aube | v14

"Il (Allah) connaît la trahison des yeux, tout comme ce que les poitrines cachent".

Al Ghafir - Le Pardonneur | v19

Les versets concernant ce chapitre sont à la fois nombreux et notoires.

article separator1

| 60 | ‘Oumar ibn Al-Khattâb rapporte : « Alors que nous étions un jour assis en compagnie du Messager d’Allah (ﷺ), un homme se présenta à nous, portant des vêtements extrêmement blancs, les cheveux très noirs, et sans que l’on distingue sur lui des traces de voyage. Pourtant, aucun d’entre nous ne le connaissait. Il s’assit près du Prophète (ﷺ), ses genoux contre ceux du Messager d’Allah (ﷺ) et la paume de ses mains sur ses cuisses, puis il dit : « Ô Mouhammad ! Parle-moi de l’islam ». Il (ﷺ) répondit : « L’islam consiste à témoigner qu’il n’y a pas de divinité (digne d’être adorée) en dehors d’Allah, à accomplir la salât, à s’acquitter de la zakât, à jeûner le mois de Ramadan et à accomplir le hadj à la Maison sacrée pour celui qui en a les moyens ». L’homme répondit : « Tu dis vrai ». Nous fûmes surpris de son acquiescement alors que c’est lui-même qui avait posé la question. L’homme poursuivit : « Parle-moi de la foi ». Il s'agit de croire en Allâh, de croire en Ses Anges, Ses Livres, Ses Messagers, au jour dernier et de croire au destin qu'il soit bon ou mauvais." Il dit : " Tu dis vrai." L'homme répondit alors : " Parles moi de la vertu 'ihsan)." Il répondit : « C’est le fait d’adorer Allah comme si tu Le voyais ; car si toi tu ne Le vois pas, Lui te voit ». Il dit encore : « Parle-moi de l’Heure ». Il (ﷺ) répondit : «  Celui qui est interrogé n’en est pas plus informé que celui qui pose la question ». Il dit : « Indique-moi ses signes précurseurs ». Il (ﷺ) dit : « Lorsque la servante donnera naissance à sa maîtresse, et que tu verras les va-nu-pieds, (à moitié) dénudés, sans le sou, gardiens de moutons, rivaliser dans la hauteur des édifices ». Puis il s’en alla et je restai ainsi quelque temps. Le Messager d’Allah (ﷺ) me dit alors : « Ô ‘Oumar ! Sais-tu qui m’a interrogé ? » Je répondis : « Allah et Son Messager le savent mieux ». « C’est Gabriel (Jibrîl), venu vous enseigner votre religion », répondit le Prophète (ﷺ). Mûslim

article separator1

| 61 | D’après Abou Dharr Joundoub ibn Jounâda et Abou ‘Abdoul-Rahmân Mou’âdh ibn Jabal le Messager d’Allah (ﷺ) a dit : « Crains Allah où que tu sois, fais suivre la mauvaise action par la bonne action, elle l’effacera, et comporte-toi bien avec les gens ». At-Tirmidhi

article separator1

| 62 | Ibn ‘Abbâs rapporte : « Alors que je me trouvais en croupe derrière le Prophète (ﷺ) il me dit : « Ô garçon ! Je vais te donner certains enseignements : observe les prescriptions d’Allah. Il te protégera. Observe les prescriptions d’Allah, tu Le trouveras toujours avec toi. Si tu dois demander, demande à Allah et si tu demandes de l’aide, demande-la à Allah. Et sache que si la communauté entière se rassemblait pour te faire bénéficier d’un bien, elle ne te ferait bénéficier que de ce qu’Allah t’a destiné. Et si elle se rassemblait pour te causer un tort, elle ne te causerait que le tort qu’Allah t’a destiné. Les plumes sont levées (ont cessé d’écrire) et l’encre des pages a séché ». At-Tirmidhi 

Dans une version autre que celle d’At-Tirmidhi, le Messager d’Allah a dit : « Observe les prescriptions d’Allah, tu Le trouveras toujours avec toi. Souviens-toi d’Allah dans les moments faciles, Il se souviendra de toi dans les moments difficiles. Sache que ce qui ne t’a pas atteint ne pouvait t’atteindre, et que ce qui t’a atteint ne pouvait que t’atteindre. Et sache que la victoire vient avec la patience, le soulagement après les soucis et la facilité avec la difficulté ».

article separator1

| 63 | Anas a dit : « Vous commettez des actes qui, à vos yeux, sont plus insignifiants qu’un cheveu, alors que nous les considérions, du temps du Messager d’Allah, comme des péchés majeurs ». Bûkhari

article separator1

| 64 | D’après Abou Hourayra, le Prophète (ﷺ) a dit : « Allah Le Très Haut est jaloux, et Sa jalousie se manifeste lorsque l’homme commet e qu’Allah lui a interdit ». Bûkhari & Mûslim

article separator1

| 65 | Abou Hourayra entendit le Messager d’Allah (ﷺ) dire : « Allah voulut mettre à l’épreuve trois hommes des tribus d’Israël : un lépreux, un teigneux et aveugle. Il leur envoya un ange qui vint voir le lépreux et lui dit : « Que désires-tu le plus au monde ? » Il répondit : « Un bon teint, une belle peau et d’être débarrassé de cet état répugnant qui fait fuir les gens ». L’ange lui passa la main sur le corps, il guérit et eut une belle couleur de peau. L’ange lui dit : « Quel bien désires-tu le plus au monde ? » Il répondit : « Les chameaux (ou les vaches, le rapporteur a un doute ». Alors, on lui accorda une chamelle qui allait mettre bas et l’ange lui dit : « Qu’Allah te la bénisse ». L’ange vint ensuite voir le teigneux et lui dit : « Que désires-tu le plus au monde ? » Il répondit : « De souillure à cause de laquelle les gens se détournent de moi avec dégoût ». L’ange lui passa la main sur la tête, il guérit et eut de beaux cheveux. L’ange lui dit : « Quel bien désires-tu le plus au monde ? » Il répondit : « Les vaches ». On lui accorda alors une vache qui allait mettre bas et l’ange lui dit : « Qu’Allah te la bénisse ». Puis l’ange alla voir l’aveugle et lui dit : « Que désires-tu le plus au monde ? » Il répondit : « Qu’Allah me rende la vue et que je puisse voir les gens ». L’ange lui passa la main sur les yeux et Allah lui rendit la vue. L’ange lui dit : « Quel bien désires-tu le plus au monde ? » Il répondit : « Les moutons ». On lui accorda une brebis très féconde. Les deux premières bêtes mirent bas et la brebis eut un petit. Le premier obtint un troupeau de chameaux large comme une vallée, le second un troupeau de bovins large comme une vallée, et le dernier un troupeau de moutons large comme une vallée. Puis, l’ange vint voir l’ancien lépreux sous l’apparence d’un lépreux et lui dit : « Je suis un homme misérable, un voyageur dont les ressources se sont épuisées. Seul Allah peut me venir en aide, et toi ensuite. Je te demande, au nom de Celui qui t’a donné ce beau teint, cette belle peau et ces biens, de m’accorder un chameau qui me permette de poursuivre mon voyage ». Il lui répondit : « J’ai de nombreuses charges ». L’ange lui dit alors : « J’ai l’impression de te connaître. N’étais-tu pas ce lépreux dont les gens se détournaient, ce pauvre qu’Allah a enrichi ? » Il répondit : « Non, au contraire, j’ai hérité de ces biens de père en fils ». L’ange lui dit : « Si tu mens, qu’Allah te ramène à ton état précédent ». Il alla ensuite voir l’ancien teigneux sous l’apparence d’un teigneux et lui tint le même langage. Celui-ci lui répondit de la même manière. L’ange lui dit alors : « Si tu mens, qu’Allah te ramène à ton état précédent ». Il alla enfin voir celui qui avait été aveugle, sous l’apparence d’un aveugle, et lui dit : « Je suis un homme misérable, un voyageur dont les moyens se sont épuisés. Seul Allah peut me venir en aide et ensuite. Je te demande, au nom de Celui qui t’a rendu la vue de m’accorder un mouton qui me permette de poursuivre mon voyage ». L’homme lui répondit : « J’étais aveugle et Allah m’a rendu la vue. Prends donc ce que tu veux. Par Allah ! Je ne te refuserai rien de tout ce que tu prendras aujourd’hui pour Allah Le Très Haut ». L’ange lui dit alors : « Garde tes biens. Ce n’était qu’une épreuve. Tu as obtenu l’agrément d’Allah et tes deux compagnons Sa colère ». Bûkhari & Mûslim

article separator1

| 66 | Selon Abou Ya’lâ Chaddâd ibn Aws, le Prophète (ﷺ) a dit : « L’homme raisonnable est celui qui demande des comptes à lui-même, et qui œuvre pour l’au-delà ; et l’incapable est celui qui suit ses passions et qui fonde de vains espoirs en Allah ». At-Tirmidhi

article separator1

| 67 | D’après Abou Hourayra, le Messager d’Allah (ﷺ) a dit : « Ne pas se mêler de ce qui ne nous regarde pas fait partie du bel islam ». At Tirmidhi

article separator1

| 68 | Selon ‘Oumar, le Prophète (ﷺ) a dit : « L’homme ne sera pas interroger pour avoir frapper sa femme."* Abou Dâwoud

article separator1

*Cheikh Al Albani considère la chaîne de transmission du hadith comme étant faible. (da'if). Cf. Irwâ al ghalîl, n°2034