Le délaissement du Coran


Cheikh, une personne demande : Quel est le but du délaissement du noble Coran, et comment est-ce qu'un individu peut être considéré comme étant quelqu'un qui le délaisse ?

 

La louange appartient à Allah.
Le délaissement du Coran se fait en délaissant sa récitation.
Et combien d'individu aujourd'hui possède un diplôme de doctorat, il lit beaucoup de livres,  je dirais même dans diverses langues,  et il n'est pas capable de lire le Coran,  et ceci fait partie du délaissement du Coran.
Fait partie du délaissement du Coran, le fait de délaisser sa méditation, et le fait de ne pas s'arrêter pour ses significations.
Fait partie du délaissement du Coran, le fait de ne pas mettre en pratique ce qu'il contient, c'est pourquoi il est rapporté d'un prédécesseur qu'il a dit : "Il se peut qu'un individu lit le Coran, et le Coran le maudit", et le sens visé : il se peut qu'un individu lit le Coran et ne met pas en pratique ce qu'il contient. Ainsi, il passe par un verset qui contient la malédiction de celui qui fait une chose, et lui-même fait cette chose. Ainsi, fait partie du délaissement du Coran, le fait que l'individu ne mette pas en pratique ce qu'il contient.

Et le délaissement du Coran fait partie des plus grands malheurs par lesquelles beaucoup de personnes sont éprouvées.

Ainsi, il est nécessaire de soigner le coeur, il est nécessaire de faire des efforts personnels pour lire le Coran. C'est la raison pour laquelle les prédécesseurs avaient un wird* du Coran. Par exemple, chaque jour lis une partie*, il te sera nécessaire de lire ta partie (ton juz) chaque jour, tu as une partie (juz) à lire, pour que tu termines le Coran en un mois.
Et profites du temps, actuellement combien de temps passons-nous dans les voitures ?
Nous passons beaucoup de temps, nous pouvons lire à partir de notre mémorisation, ou nous pouvons lire à partir des appareils alors que nous sommes dans la voiture, surtout si la personne ne conduit pas.
Et certains savants, lorsqu'ils voyageaient, il commençait la lecture.
On mentionne de Cheikh ibn Ghayadâr رحمه الله, que lorsqu'il sortait de Riyad vers Tâïf, dès le début de sa sortie en voiture il commençait à lire, et Cheikh ibn Ghayadâr رحمه الله, est connu comme faisant partie des savants lisant (beaucoup) le Coran. Parfois il arrivait à Tâïf et il avait terminé (le Coran). On n'entendait de lui que des versets tout le long de la route, qu'Allah lui fait miséricorde grandement.


Et l'affaire nécessite des efforts, et les savants disent : "Plus l'honneur d'une chose est importante, plus cela nécessite des efforts".
Plus une chose est honorable, plus tu as besoin d'efforts pour l'obtenir.
Ainsi, nous avons besoin de faire des efforts premièrement par sa récitation, puis sur la méditation de ses significations, et il n'y a pas de mal à ce qu'il y ait avec toi un livre résumé d'exégèse, tel que l'exégèse simplifié édité par le complexe du Roi Fahd, ou bien l'exégèse de Cheikh as Sa'di رحمه الله.
Si tu passes par un verset et que son sens ne t'est pas clair, tu observes l'exégèse.
Puis rends-toi des comptes pendant que tu lis le Coran. Ce verset, en fais-je partie ? Ou n'en fais-je pas partie ?
Si tu lis ce qui concerne les dépenses dans la voie d'Allah, demandes-toi : quand est-ce que j'ai dépensé dans les voies d'Allah ? Quelle est la dernière fois que j'ai dépensé dans les voies d'Allah ? Et lorsque tu sors, mets un petit peu d'argent dans ta poche, si tu vois un pauvre donne lui.
Si tu passes par des versets qui ont un rapport avec le fait de lier les liens proches, bas chez un de tes proches. Habitues-toi à mettre en pratique une chose de ce que tu lis.
Ainsi, tu pourras te soigner du délaissement du Coran, que cela ait un lien avec sa lecture, ou que cela ait un lien avec son exégèse ou la connaissance de son sens, ou que cela ait un lien avec sa mise en pratique.

Il reste que certains de nos biens-aimés disent : moi je ne connais pas la lecture. Nous disons : lis de ce que tu mémorises. Il nous dit : je ne connais qu'une sourate. Nous disons : répètes-la, car pour chaque lettre tu as dix bonnes actions, et à chaque fois que tu répètes, tu es récompensé.
Ecoute également le Coran en silence, car la règle juridique, et prêtez attention à cela mes frères, notre religion est une religion ample. La règle juridique est : lorsque le croyant n'est pas capable d'une chose et qu'il fait tout ce qu'il peut, on lui inscrit la récompense de ce dont il est incapable.
La personne qui ne peut pas lire le Coran car il est analphabète, et qu'il écoute le Coran car c'est cela qu'il est capable de faire, on lui inscrit alors la récompense de la lecture, avec la récompense de l'écoute.

Et ce Coran est étonnant, Allah l'a facilité pour la méditation. Par Allah mes frères, je connais une femme, je la connais personnellement, elle lit le Coran. Si tu lui ouvre le moushaf, et que tu lui dis : lis à partir de ce verset, elle lit.
Il se peut que certains disent : elle mémorise. Si tu ouvres le moushaf, et que tu lui dis : lis à partir de ce verset, elle lit. Et si tu apportes le journal pour qu'elle lise, elle est incapable de lire. Elle lit seulement le Coran. Et ceci fait partie de la facilité d'Allah  

Ainsi l'essentiel mes frères, si l'individu craint Allah autant qu'il peut, Allah lui accodera ce qu'il aime. Craint seulement Allah selon ta capacité, tu trouveras qu'Allah t'accordera ce que tu veux. Voilà ce qui a un lien avec cela.

 

*wird : ensemble d'invocations ou de formules de rappel auxquelles la personne s'habitue à lire quotidiennement par exemple.
*
partie :  une partie = un juz : correspondant à 20 pages généralement.

 

 Cheikh Soulayman ar Rouheyli حفظه الله
Traduction : sahihofislam